Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 
STRUCTURE ET REPRODUCTION DES CHAMPIGNONS MICROSCOPIQUES
Accueil diaporamas milieux d'isolement examens microscopiques métabolismes produits pathologiques systématique bactérienne virologie mycologie antibiogramme sécurité
   
 
 

Rechercher sur le site

1. Formes végétatives

La structure de base est le thalle:

  • Thalle filamenteux (champignons filamenteux=moisissures)
  • Thalle levuriforme.

NB: il existe des champignons dits dimorphiques, qui peuvent se présenter sous l'aspect filamenteux ou sous l'aspect levuriforme.

                        1.1. Thalle filamenteux (pluricellulaire)

    • Présentation

Il est constitué de "tubes" ramifiés, de 2 à 5 µm de diamètre, limités par une paroi chitineuse ou cellulosique (selon les groupes).

  • Si le protoplasme est unique: structure plurinucléée, dite coenocytique (cellules fusionnées à plusieurs noyaux)
  • Si le protoplasme est cloisonné : cellules bien séparées.
  • Si le protoplasme est septé: les cellules sont séparées, mais possibilité de communications entre elles.
    • Différentes morphologies

Elles sont définies en fonction de:
- l'extrémité des filaments,
- la présence d'organes différenciés (vrilles pour la fixation, rhizoïdes pour la nutrition...),
- enchevêtrement des filaments (organe nodulaire).

NB: il existe des formes atypiques: thalle vésiculeux (renflements en certains points du mycélium), thalle en grains...


1.2. Thalle levuriforme (unicellulaire)


Il est formé d'une seule cellule, sphérique, ovoïde ou cylindrique, de taille très variable selon les espèces (diamètre de 4µm environ, voire plus), limitée par une paroi constituée essentiellement de polysaccharides, de protéines, lipides, sels minéraux.
Ces cellules peuvent être isolées, en chaînettes, et peuvent être capsulées.
NB: il existe des formes filamenteuses de levures.

 Document 1: les formes végétatives.
 Document 2: ultrastructure d'une levure et organisation de sa paroi.

2. Formes de dissémination et de reproduction: les spores

Les champignons se multiplient et se disséminent sous forme de spores. On distingue:
- la reproduction asexuée au cours de laquelle a lieu une différenciation des formes végétatives,
- la reproduction sexuée.

                        2.1. Les spores asexuées
                       


les spores internes de néoformation: elles sont élaborées par un filament spécialisé qui les libère une à une ou toutes ensemble.

sporangiospores: elles sont formées par un sporange porté par l'extrémité renflée d'un sporangiophore (=columelle).

phialospores: elles sont formées dans une vésicule fusiforme, à base plus ou moins renflée, la phialide.

les phialospores peuvent être éliminées une à une sous forme de spores mononucléées, de petite taille, appelées microconidies.

la phialide peut se cloisonner pour former une seule unité plurinucléée, appelée macroconidie (souvent en fuseau).

conidiocytospores: elles sont formées dans des conidiocystes portés par les conidiophores et libérées au fur et à mesure de leur formation.

les spores externes de néoformation: ce sont des conidiospores (=aleuries) qui se développent sur un appareil sporifère issu du bourgeonnement d'un filament (l'appareil sporifère est relié au filament par un pédicule: le conidiophore) et qui restent attachées à l'hyphe. Ces spores externes jouent le double rôle de spores de conservation et de propagation.

 

les spores de transformation: elles résultent de la modification de certains filaments et ne sont libérées que lors de leur désintégration.

arthrospores: elles se forment par fragmentation des filaments mycéliens cloisonnés. Chaque fragment est d'abord rectangulaire puis s'arrondit. Les arthrospores peuvent conserver une disposition en chaînette, sorte de fantôme de filament.

blastospores: elles sont formées par bourgeonnement d'une levure. Le bourgeon peut se détacher et bourgeonner à son tour. Il peut aussi rester attaché à la cellule mère.

chlamydospores: elles naissent du gonflement d'un filament mycélien ou pseudo-mycélien. Elles sont entourées d'une paroi épaisse et contiennent d'abondantes réserves nutritives. Elles constituent des formes de résistance pour la conservation de l'espèce.

Document 3 :  les spores


                        2.2. Les spores sexuées

Elles résultent de la fusion d'un élément mâle et d'un élément femelle qui donne naissance à un zygote. Par divisions successives, il produit une série de spores unicellulaires appelées oospores ou zygospores.

  • Si le développement ultérieur se fait à l'intérieur de l'œuf: celui-ci prend le nom d'asque et les endospores sont appelées ascospores.

  • Si les spores sortent de l'œuf  mais y restent attachées par des petits "tubes" (= stérigmates): l'œuf porte le nom de baside et les spores sont appelées basidiospores.

                        2.3. Les cycles de reproduction

 

Reproduction asexuée

Reproduction sexuée

Levures

C'est le phénomène le plus courant.
La reproduction asexuée s'effectue par bourgeonnement:
- apparition d'un bourgeon aux extrémités du grand axe de la cellule dans le cas des levures ovoïdes : bourgeonnement bipolaire
-bourgeonnement multipolaire chez certaines levures sphériques.

La reproduction sexuée intervient quand les conditions deviennent défavorables: les cellules cessent le bourgeonnement et établissent un cycle sporal.

Champignons filamenteux

Les filaments ramifiés sont obtenus par bourgeonnement d'une spore dans toutes les directions.
Des ramifications spécialisées, les sporophores, élaborent des spores par division du noyau:
- disposition en longues chaînes à l'extrémité de la ramification: les spores sont alors appelées conidies,
ou
- individualisation de sporanges, sortes de sacs renfermant les spores: les spores sont appelées sporangiospores.

Les conidies et sporangiospores, placées sur un milieu favorable, pourront germer et former un nouveau mycélium.

NB: quand un mycélium ne porte aucun organe de fructification, il est stérile: on dit qu'il est pléomorphisé. Cet état de pléomorphisme est difficilement réversible, l'identification morphologique devient impossible.

 

Creative Commons License
Ce site est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.  
Par Brigitte VERON - Collectif Photo-Reims