Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 
NOTIONS SUR LES ANTIFONGIQUES
Accueil diaporamas milieux d'isolement examens microscopiques métabolismes produits pathologiques systématique bactérienne virologie mycologie antibiogramme sécurité
   
 
 

Rechercher sur le site

1. Définition

Les antifongiques sont des molécules capables de détruire spécifiquement les différents champignons isolés en mycologie médicale. Ils agissent le plus souvent en altérant la perméabilité cellulaire.

2. Principaux antifongiques

Le nombre d'antifongiques est relativement restreint, contrairement à celui des antibiotiques.

                        2.1. Les polyènes : amphotéricine B et nystatine

Ils forment des complexes insolubles avec les stérols de la membrane fongique, ce qui altère la perméabilité cellulaire.

L’amphotéricine B est efficace contre la plupart des champignons pathogènes, mais présente une toxicité importante (toxicité rénale).
La nystatine est indiquée dans le traitement des candidoses digestives et cutanéo-muqueuses (car non absorbée par la muqueuse digestive).

                        2.2. Fluocytosine (= 5-fluorocytosine)

Elle pénètre dans les cellules fongiques où elle inhibe la synthèse d’ADN et la synthèse protéique.
Elle est active sur les levures et certains champignons filamenteux. Son efficacité est limitée par l’existence de résistances ; de plus, toxicité hématologique et digestive.

                        2.3. La griséofulvine
Son action est limitée aux dermatophytes.

                        2.4. Autres antifongiques

  • Azolés
  • Allylamines : antifongiques peu toxiques, possédant un large spectre d’activité
  • Morpholines.

 

Creative Commons License
Ce site est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.  
Par Brigitte VERON - Collectif Photo-Reims